Quelle est la durée de vie d'un casque moto ?

Le casque de moto est l’élément central de l’équipement de chaque conducteur ou passager de moto et scooter. Obligatoire selon la loi depuis de nombreuses années, le casque protège au minimum votre crâne, et certains sécurisent votre menton et votre visage. Il est votre seule armure face à la route et ses usagers. Il est donc essentiel de bien choisir ce casque qui vous protégera chaque jour, de bien l’entretenir, mais également de savoir quand il est nécessaire de le changer.

Quand et pourquoi changer de casque moto ?

Comment savoir quand est-ce que c’est le bon moment de changer votre casque ? A quoi devez-vous faire attention? Comment en prendre soin au quotidien ?
LNLM fait ici le point sur les idées reçues, vous décortique le vrai du faux et vous donne des astuces, pour garder un casque sain le plus longtemps possible.

> Changer de casque après un accident

On se demande souvent s’il est vraiment nécessaire de changer son casque de moto, parce qu’il semble encore en bonne forme, qu’il est super confortable et surtout, parce qu’on l’aime tellement. Mais il y a deux signes qui ne trompent pas : 
  1.  votre casque est tombé et vous avec. Votre tête a cogné le sol, même à faible vitesse. L’impact ne se voit pas, mais votre casque est à changer.

  2.  les mousses intérieures sont usées. Vous le sentez ; votre casque a moins de tenue sur votre tête et vous le voyez : vous ne ressemblez plus à un hamster ! Dans ce cas-là, votre casque a vécu, il faut également le changer. 

Si vous avez eu un accident de moto ou avez chuté du scooter, il faut absolument changer votre casque. Quand nous parlons de chute, c’est bien de la vôtre, pas de celle de votre casque seul. Si, lors d’une mauvaise manipulation, votre casque est tombé de votre selle ou vous a échappé des mains, dans ce cas, vous n’avez aucunement besoin de changer. 
Car en fait, c’est le poids de la tête, à l’intérieur du casque, qui endommagera certains éléments et qui nécessitera d’en changer. 

Pour bien comprendre, il suffit de savoir comment un casque est fait. Il est composé de plusieurs couches successives, chacune assurant la protection de votre tête : la coque, le calotin et les mousses :
- la coque, c’est l’extérieur de votre casque, ce que vous voyez et souvent, ce que vous avez choisi.
- les mousses intérieures, ce sont les matières que vous trouvez douces et que vous avez souvent choisies pour le confort.
- et entre-deux, ce fameux calotin. Sa place est discrète, il est invisible et pourtant, il demeure absolument essentiel à votre sécurité. Le calotin, c’est l’amortisseur de votre casque. C’est lui qui réduit les chocs, c’est lui qui diminue ou évite les traumatismes crâniens. 

En cas d’accident, le calotin vous protège. En absorbant le choc, il s’écrase. Alors, comme il se positionne entre la coque et les mousses, il est absolument impossible de savoir et de voir à quel point il a été endommagé. 
Donc, quand vous tapez la tête casquée sur le sol, vous changez votre casque

Bon à savoir :
Maintenant que vous connaissez le calotin, sa fonction et sa discrétion, il va sans dire que l’achat d’un casque d’occasion est à proscrire. Même s’il semble en parfait état, même si l’on vous dit qu’il est comme neuf. Comme il vous est impossible de voir ce calotin, passez votre chemin : il s’agit de votre tête et de votre sécurité !

> Changer de casque lorsqu'il est usé

Changer de casque de moto quand il est usé est primordial, afin de garder une sécurité optimale lorsque vous roulez. Il s’agit simplement de savoir quand l’usure met la protection en défaut. Il n’y a pas de date de péremption sur un casque et pas de durée exacte, mais deux, trois astuces vous mettrons sur la piste. Faîtes-vous confiance, vous sentez parfaitement bien votre casque.
L’usure de votre casque dépend avant tout de l’usage que vous en avez. Un scootériste qui utilise son deux-roues chaque jour, par tous les temps, toute l’année en milieu urbain usera beaucoup plus son casque qu’un motard du dimanche ou de grandes virées bi-annuelles. 
Si vous portez un casque intégral, il est clair que les mousses usées se sont tassées et vous n’avez plus les joues d’un hamster. 
Si vous avez un casque jet, vous sentez un léger jeu, vous vous sentez moins enveloppé.
Dans ces deux cas, le manque de maintien, dû à des mousses affinées, altère votre sécurité.
Changer de casque moto est parfois un peu éprouvant ; il est pourtant essentiel d’avoir la justesse de se dire  : « Ah, tiens, je suis moins bien tenu ! » ou « Je me sens moins sécurisé ! ».
Et puis, trouver un nouveau casque doit aussi être un moment joyeux !
N'hésitez pas à passer nous voir à la boutique LNLM à Paris 15 , l'équipe LNLM saura vous dire avec franchise si votre casque est trop usé.

Validité d'un casque, 5 ans : vrai ou faux ?

En réalité, un casque de moto a une validité de plus ou moins cinq années. C’est un peu une réponse de Normand, mais cette notion de validité est à nuancer.
Pendant de nombreuses années, cette durée de cinq ans était donnée, mais avec les progrès technologiques, les nouveaux composants et différents matériaux, la durée de validité dépend avant tout de l’usage que l’on a de son casque et du soin qu’on y apporte. 
Si vous habitez une grande ville polluée, que vous roulez tous les jours de l’année, dans le chaud, dans le froid, que vous le passez du top-case au rangement sous la selle, tout en étant mouillé, il apparaît évident que l’état général des matériaux va subir une usure accélérée. Dans ce cas précis, peut-on vraiment mettre la limite de validité à cinq ans ?
La recommandation de cinq ans est, par conséquent, une question de bon sens. Vous pourrez avoir besoin de changer de casque après trois ans d’usage intensif, ou après plus de six ans d’usage occasionnel.
Par contre, les fabricants proposent une garantie sur leurs casques. Cette durée de garantie dépend des marques mais elle vous protège des défauts de fabrication et non de l’usure inhérente à l’usage.

Conseils pour étendre la durée de vie d'un casque moto

La durée de vie de votre casque dépend de l’usage que vous en avez : pilotes intensifs ou rouleurs occasionnels n’abîmeront pas leur casque à la même vitesse. Mais dans les deux cas, en prenant soin de votre casque, en mettant en place quelques habitudes et en y apportant du soin, vous pourrez, avec certitude, étendre la durée de vie de votre casque.

> Bien choisir son casque de moto

Bien choisir son casque est essentiel pour s’assurer une sécurité maximale. Afin de faire le meilleur choix, il faut tout d’abord définir vos besoins, puis trouver le casque qui correspond le mieux à votre morphologie. Après, seulement, vous opterez pour votre design préféré !
Si vous vous décidez pour un casque intégral, vous choisissez la protection la plus complète. En effet, crâne, menton et visage sont protégés. Le casque intégral vous offre un grand confort tant sur l’aérodynamisme que sur les isolations (thermiques et phoniques). Le casque intégral est souvent un peu plus lourd, même si certains matériaux l’allègent agréablement. Son champ de vision est le plus réduit. Mais sur la route, en ville, en zone périphérique et sur les voies rapides, le casque intégral est le plus couvrant, donc le plus protecteur. 
Si vous aimez piloter sur circuit, le casque intégral y est homologué.
Le casque jet est le préféré des conducteurs urbains. Petit et léger, il est très maniable et se range partout. Il offre un bon confort et une grande sensation de liberté.
Cependant, contrairement au casque intégral, le casque jet ne vous protège pas le menton. Le visage peut être mis à l’abri derrière la visière, mais la sécurité n’est pas optimale comme sur l’intégral.
Cependant, le jet a des atouts indéniables. Scootéristes et motards jouissent d’un large champ de vision, parfait pour la jungle urbaine !
Les formes sont souvent vintage, les coloris plus tendances. A la belle saison, difficile de résister à l’appel du jet !
Troisième option, mais non pas dernier choix : le casque modulable. Il offre le meilleur du casque intégral, permettant la sécurité et le confort ainsi que le meilleur du casque jet, avec son grand champ de vision et sa plus grande sensation de respirer. Sa mentonnière se pivote et se fixe, à 90° ou 180°. Parfois un peu lourd, il est très sécuritaire. Le casque modulaire doit être absolument homologué en casque intégral. Une seconde homologation est nécessaire pour rouler en version jet.

> Les normes et homologations des casques moto

Vous avez certainement déjà vu ces chiffres accolés à vos casques ECE 22.05 et ECE 22.06 pour certaines nouveautés. Faisons le point sur les deux homologations.
Actuellement, la norme européenne - et en Suisse - de certification, s’appelle ECE 22.05. Cette norme définit comment doivent être réalisés les crash-tests pour les casques de moto. Le test réussi, le casque est estampillé « homologation CE ». Ce test se fait, à ce jour, à une certaine vitesse et sur une surface plate et dure. C’est la tête du mannequin, à l‘intérieur du casque, qui donne l’information sur la force de l’impact.
La méthode test ECE 22.05 met de côté deux composantes de sécurité : les mouvements de rotation du casque, les angles d’impact et les différentes vitesses. C’est pourquoi est apparue la nouvelle norme ECE 22.06.
Nous vous rassurons tout de suite, il n’y a pas matière à paniquer. Les casques répondant à la norme d’homologation ECE 22.05 sont toujours en vente et ils sont toujours valides. 
La norme ECE 22.06 s’installera petit à petit, les fabricants devant concevoir les nouveautés en ECE 22.06. Ce qui change, c’est la manière dont le crash test sera effectué. Sur cette homologation, les tests d’impact seront effectués sous différents angles et à différentes vitesses. Afin d’éviter la torsion du casque, une couche innovante et amortissante sera ajoutée dans les couches intermédiaires du casque.
Les casques modulaires seront testés, mentonnière ouverte et mentonnière fermée.

> Bien entretenir son casque moto

La durée de vie dépend de la manière dont vous utilisez votre casque moto. Une utilisation intensive en milieu urbain sera plus détériorante qu’une utilisation peu fréquente à la campagne. Mais ce qui ne change pas, indépendamment de l’utilisation, c’est la manière dont vous pouvez prendre soin de votre casque, de le garder sain et de l’entretenir tout au long de l’année.
Pour entretenir les mousses intérieures, il suffit de les détacher et de les laver - à la main c’est préférable -. Ainsi, vous retirez les éléments graisseux et les impuretés de votre casque. Les mousses sont à nouveau fraîches. Si vous ne vous sentez pas le courage de le faire, adressez-vous à un professionnel du lavage de casque. La boutique LNLM Paris 15 organise tous les mois des sessions de nettoyage de casque moto avec Christian, nos prestataire qui a développer le pressing à casque ! Suivez notre page Facebook pour connaître les prochaines sessions.

-  Au quotidien, évitez d’entreposer votre casque en plein soleil. Ne le déposez pas non plus à-même le bitume. Idéalement, glissez-le dans sa housse de protection.

- Ne mettez jamais vos gants à l’intérieur de votre casque. En effet, vos gants de moto sont sales et plein d’impureté, que vous mettrez sur les mousses, puis sur votre tête. A éviter absolument.

- N’oubliez pas de nettoyer les joints d’étanchéité : du papier-ménage, un coton-tige et le tour est joué ! Des produits d’entretien peuvent vous aider à redonner un coup de neuf aux joints.

- Nettoyez la visière sous l’eau régulièrement. 

-  Ne laissez pas dormir votre casque dans un top-case ou sous une selle, au soleil ou sous la pluie, sec ou mouillé !
 
Bon à savoir : une casque à petit prix aura des mousses moins fermes et sa durée de vie pourrait être écourtée par cette différence de qualité. 

Comment savoir si son casque est mort ?

Un casque mort est un casque qui est tombé avec son pilote à l’intérieur… Sans pour autant que le pilote soit mort, évidemment son casque l’aura protégé ! Mais si vous avez chuté et que votre tête a cogné l’asphalte, votre casque est mort. Cela ne se voit pas forcément, mais le calotin s’est écrasé pour amortir l’impact et il ne pourra plus vous protéger. 
L’usure des matériaux qui constituent votre casque peut être une raison de sa mort également. Avec le temps, l’usage quotidien, la météo, la pollution, le gel et autres joyeusetés, votre casque s’abîme. Les mousses intérieures sont les plus susceptibles de s’user avec l’usage que vous en avez. Un casque, ajusté à votre tête, a des mousses intérieures denses et enveloppantes. Avec le temps, ces mousses vont se tasser et leur mission première de soutien et de protection ne s’opèrera plus. Si vous n’avez plus les joues de hamster ou si, simplement, vous sentez que votre casque bouge légèrement et que vous n’est plus maintenu correctement, votre casque est mort.
Pour ces raisons essentielles, il est nécéssaire que vous changiez votre casque pour rester vivant !

Et qu’en est-il de la validité de votre casque ?

La validité d’un casque de moto ne tient pas compte des années, mais bel et bien de son usure. L’usure, quant à elle, déprend de la manière dont vous utilisez votre casque, dans quelles conditions et à quelle fréquence. Un scootériste de la ville n’usera pas son casque de la même manière qu’un passager occasionnel. Le scootériste devra changer son casque plus rapidement, cette usure rendant la sécurité moins optimale.
 
Recevez notre lettre d'informations.

LNLM est la plus grande boutique en France dédiée à l'équipement moto pour femme. Elle propose : casques jets, intégraux et modulables, blousons en cuir et en textile, pantalons en cuir et textile, jean kevlar, gants, bottes et baskets, bagageries et accessoires.
Logo Facebook
Logo Instagram